Origines et orientations actuelles de la géobiologie

La géobiologie est un art ancien, pratiqué depuis l’antiquité, mais dont la dénomination sous ce nom est récente.

Autrefois réservée à des érudits, elle était connue sous le nom « d’art des bâtisseurs » pour la construction et rhabdomancie pour la recherche d’eau et minerais.

Elle était associée à la puissance de la géométrie sacrée dans les sites sacrés anciens (pyramides égyptiennes, temples celtes, cathédrales…)

La recherche d’eau par les sourciers, autrefois nommée « Sourcellerie », fait aussi appel à ces procédés, ces sensibilités et ces connaissances.

Image d'un sourcier en egypte antique

La géobiologie est une science énergétique, qui aujourd’hui s’intéresse à l’impact des énergies sur le vivant.

Elle est basée sur la pratique d’outils de radiesthésie pour la  détection des énergies en présence.

La sensibilité accrue du géobiologue aux phénomènes invisibles lui permet aussi de détecter les courants d’eau, les failles, les réseaux telluriques, les champs électromagnétiques, la mémoire de murs, les failles, les ondes électromagnétiques… mais aussi l’énergie du vivant.

Si pour l’étude d’un lieu de vie, la recherche des seuls rayonnements telluriques était autrefois suffisante, il faut désormais prendre en compte la présence d’autres rayonnements  non naturels,  que sont les champs électromagnétiques artificiels.

Qu’ils proviennent de l’alimentation électrique de l’habitat (courant basse fréquence) ou des appareils domestiques connectés (courants hautes fréquences), ces champs invisibles envahissent les maisons où ils tiennent une place de plus en plus prépondérante en matière d’ondes invisibles.

Leurs effets sur le bien-être ou la santé sont loin d’être négligeables, même si la plupart des gens n’ont pas de ressenti sur le court terme, où ne font pas le lien entre ces ondes et des gênes occasionnées sur leur santé (maux de tête, insomnies, fatigues chroniques…)

sources internet